homélie, 4è Dimanche de Pâques B, 25 avril 2021 : Bon Berger

1 ère lecture : Actes des Apôtres : 4,8-12

Psaume : 117 (118)

2è lecture : 1 Jean 3,1-2

Évangile : Jean 10,11-18

Le 4è dimanche de Pâques est appelé Dimanche du Bon Berger, qui est aussi la Journée

Mondiale de Prières pour les vocations.

Le symbole du bon berger qui conduit son troupeau était présent dans tout le Moyen Orient

pour désigner les rois et les chefs des clans. Dans la Bible cette image s’applique à Dieu

pour exprimer sa sollicitude bienveillante envers son peuple. C’est ainsi que l’une des

meilleures prières bibliques bien connue c’est le psaume 23 : « Le Seigneur est mon berger,

rien ne saurait me manquer… ». Et tous ceux qui recevaient les tâches de guider le peuple

au nom de Dieu étaient appelés les bergers. Mais beaucoup oubliaient leurs tâches pour

s’occuper de leurs propres intérêts abandonnant à leur sort le peuple. On peut lire la

déception de Dieu dans le livre du prophète Ezéchiel 34: « C’est pourquoi bergers, écoutez

la Parole de Dieu : parce que mes bergers ne se sont pas occupés de mes brebis, parce qu’ils

ont pris soin d’eux-mêmes au lieu de prendre soin de mes brebis… je retirerai mes brebis

de leurs mains…Je m’occuperai moi-même de mes brebis, je veillerai sur elles » Ez

34,7…11

Ainsi, lorsque Jésus dit dans cet évangile : « Je suis le bon berger », il vient accomplir cette

promesse de Dieu, il est la présence amoureuse de Dieu agissante au milieu de son peuple.

Dans cet évangile Jésus donne les caractéristiques du bon berger.

– Le bon berger connait chaque brebis par son nom dans une relation d’intimité et de

la revalorisation de chacune. Il connait la faim et la soif de ses brebis, il connait ses

faiblesses et ses blessures pour leur venir en aide. Il a nourri les affamés, guérit les

blessés, délivré les possédés…

– Il a la passion de son troupeau avec un amour qui peut aller jusqu’au sacrifice, c’est

cet amour qui l’a conduit à la croix et à la mort pour notre salut.

– Le bon berger a le souci des autres brebis pour les amener dans un même bercail

évoquant ainsi l’universalité de son Église.

– Le bon berger est un courageux qui brave les intempéries et les mauvais temps pour

aller chercher une brebis perdue et soigner la blessée; capable de protéger son

troupeau contre les bêtes sauvages et les voleurs.

Le Bon Pasteur est celui qui permet à ceux et celles qui lui sont confiés de vivre pleinement,

avoir une vie en abondance. Comme chrétiens, nous sommes invités à être les bergers les

uns des autres partout où nous avons quelque responsabilité comme parents, enseignant,

médecin, responsable politique ou civil…Notre société est blessée parce que beaucoup des

responsables travaillent uniquement pour leur bien matériel. Jésus est notre modèle.

Aujourd’hui nous prions pour les vocations. La vocation est un appel que Dieu lance aux

humains pour les inviter à manifester la présence de sa miséricorde et son intervention

dans notre histoire. Répondre positivement à la vocation divine s’accompagne d’une joie

intérieure. Aujourd’hui les églises se ferment par le manque remarquable des vocations

sacerdotales et de vie religieuse surtout en occident. Est-ce la fin d’une époque? Non le

Seigneur a dit demandez au maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

On ne prie pas uniquement pour les vocations sacerdotales et religieuses, mais pour toutes

les vocations. Les vocations sacerdotales et de vie religieuse se font entendre dans les

familles chrétiennes. Encore aujourd’hui Dieu continue non seulement à appeler, mais à

crier, mais nous vivons dans un monde de bruit assourdissant qui nous empêchent

d’entendre Dieu nous appeler à la foi chrétienne, à être des époux responsables, former des

églises domestiques dans nos maisons…

Seigneur, notre Bon Berger, aide-nous par le pouvoir de l’Esprit Saint de devenir à ta

ressemblance les bons bergers les uns des autres.